Didier De Witte construit son quatrième hôtel à Gand

Didier de Witte construit un nouvel hôtel à Gand

Hôtel à Gand: le « Mur de la honte » pourrait vite disparaître grâce à Didier De Witte.

Le dénommé « mur de la honte » dans la rue Saint-Michel, une ancienne partie de l’institut Saint Amandus, sera prochainement démoli. Un permis de construire a été émis pour un hôtel de 40 chambres, des studios et appartements, ainsi qu’un parking souterrain. Didier De Witte, le constructeur, espère cette fois recevoir une autorisation et veut commencer les travaux dès l’année prochaine.

L’énorme mur de béton entre l’église Saint-Michel et de Poel a été construit dans les années 70 et était directement une « pierre de scandale ».

hôtel à Gand

Il y a trois ans, l’entreprise CRR, du chef de projets Didier De Witte, a acheté l’actuel institut Saint-Amandus, qui s’étend entre la Oude Houtlei, la rue Saint-Michel et la rue Watergraad. Dans la partie longeant la Oude Houtlei, CRR rénove les vieilles ailes de l’école et de nouveaux appartements vont s’y ajouter, assez que pour abriter 44 logements. Ces travaux sont déjà en cours et se termineront dans un an et demi. La chapelle baroque du 17e siècle siège en toute liberté après la démolition des bâtiments environnants. L’objectif est d’installer de l’horeca dans la chapelle rappelle Didier De Witte.

Hilton

Pour le côte de la rue Saint-Michel, divers plans ont déjà été fait. D’abord, il était prévu d’y installer un hôtel de 150 chambres et 40 studios. Travailler avec la chaîne hôtelière Hilton était rondement mené, mais les autorisations nécessaires ne sont jamais arrivées. A présent c’est un nouveau permis de construire qui a été demandé par Didier De Witte pour la démolition des bâtiments existants et l’installation d’un hôtel, ainsi que pour la reconstruction d’un lot industriel dans la rue Watergraaf. Quarante chambres d’hôtel, onze studios et deux appartements sont prévus. 99 places seront disponibles dans le parking souterrain de trois étages. La demande de permis a été faite par Florence De Witte, sœur de Thomas De Witte et leur père Didier De Witte. La famille opère déjà trois hôtels à Gand : l’Hôtel de Frandre au Poel, l’Hôtel Gravensteen dans la rue Jan Breydel et le Ghent River Hotel sur la place Anseele. Elle a également trois hôtels dans Bruxelles.

Cour intérieure

Derrière l’hôtel, une cour intérieure de 637 m² ouverte au public est prévue, d’où vous aurez une vue sur l’aile gothique du monastère et sur la chapelle. Le bâtiment dans la rue Saint-Michel s’élèvera bien à 22 mètres, donc la hauteur des toitures déjà existantes. Le projet est donné au bureau D&C Van Impe & Partners. L’architecture est comparable avec l’architecture des bâtiments au-dessus du garage de la place Saint-Michel. « Nous visons un hôtel trois étoiles supérieur ou quatre étoiles », déclare Thomas De Witte. « Cette décision dépend de ce que nous pouvons faire. Le risque existe que nous devrions exploiter l’hôtel nous-même, même s’il n’est pas exclu que nous trouvions un accord avec un groupe hôtelier. ». Si l’autorisation est octroyée, le « mur de la honte » pourrait disparaître. Cet énorme mur est apparu dans les années 70 et était directement la « pierre de la honte ». Derrière ce mur se trouve un garage et une salle de sport..